Image default
Maison

Principes d’aménagement paysager pour les jardins résidentiels

Commençons par deux règles qui peuvent amorcer le processus d’aménagement d’un paysage, puis passons aux lignes directrices qui aident à déterminer les proportions des éléments d’un jardin et, enfin, au choix et à l’utilisation des bonnes plantes.

01 : OBÉIR À LA « LOI » DE LA CLÔTURE SIGNIFICATIVE

Oui, celle-ci est une « loi », pas seulement une règle ! Il aborde la signification profonde du jardin, qui est « l’enclos ». Pour moi, c’est absolument essentiel pour créer un sentiment de refuge et pour se sentir soi-même dans l’étreinte de la nature. La loi de l’enclos significatif dit que nous nous sentons enfermés lorsque le bord vertical d’un espace est d’au moins un tiers de la longueur de l’espace horizontal que nous habitons. Probablement dérivée d’études en psychologie comportementale, cette règle nous est donnée par le site paysagistesfrance.com

Pas plus tard qu’hier, alors que je commençais la conception d’un patio que je voulais séparer d’une aire de jeu adjacente, cela m’a donné des conseils instantanés sur la hauteur d’une haie dont j’aurais besoin : l’aire avait 17 pieds de largeur, et donc ma haie devrait être au moins de 6 pieds. Asseyez-vous près d’un arbre dans le parc, ou d’un mur, et éloignez-vous progressivement, et vous verrez comment cela fonctionne. Bien sûr, il y a des moments où l’intérêt d’un aménagement paysager est un sens monumental de l’échelle ou de la vue, mais les meilleurs jardins, quelle que soit leur taille, modulent un sentiment de clôture et d’ouverture, et cette règle va aider.

02 : SUIVRE LA LIGNE DE RÉGLAGE

Ma formation d’architecte m’a également initié à la notion de « ligne régulatrice ». L’idée est qu’un élément d’architecture (par exemple, une entrée de porte, ou un bord de bâtiment, ou même un meneau de fenêtre) ou un élément distinctif du paysage (arbre proéminent, piscine existante, limite de propriété) peut « générer » une ligne imaginaire qui aide à relier et organiser le design. Par exemple, en aménageant une cour arrière, j’ai projeté les lignes de l’agrandissement du bâtiment dans l’espace jardin, puis j’ai aligné la piscine et la passerelle en bois avec ces lignes. Le résultat est ordonné et cohérent, même après avoir été adouci par la plantation.

Le Corbusier se penche sur les deux aspects (un peu paradoxaux, peut-être) qui rendent la ligne de régulation si précieuse. Tout d’abord, il y a l’idée de l’ordre sous-jacent : que le jardin, malgré son caractère naturel, ou sauvage, est fondé sur des principes forts – ce qu’on appelle parfois dans les cercles du jardin les « bons os ». Deuxièmement, que les lignes régulatrices – du moins comme je les emploie – sont subjectives ; c’est le concepteur qui les identifie et les manipule pour créer le jardin. Et je dirais que l’utilisation de la ligne de régulation, plus que tout autre concept, sépare le design professionnel du design amateur.

03 : UTILISER LE NOMBRE D’OR POUR OBTENIR LES PROPORTIONS CORRECTES

Certaines règles nous aident à affiner le design. L’une est le nombre d’Or qui est un rapport de proportion qui a été observé dans tout ce qui va des Grandes Pyramides de Guizeh au Parthénon grec et qui a été utilisé à travers l’histoire comme un guide pour un sens agréable de l’équilibre et de l’ordre. L’application pratique que je fais de le nombre d’Or implique son frère ou sa sœur, le Rectangle d’Or, dans lequel le rapport du côté court au côté long est égal au rapport du côté long à la somme des deux côtés (a/b = b/a+b)-vous ne saviez probablement pas que les architectes paysagistes devaient apprendre les mathématiques. Numériquement, le rapport du rectangle d’or est proche de 1:1,6, une proportion que j’utilise régulièrement pour l’aménagement de terrasses, patios, tonnelles et pelouses. Les plates-bandes surélevées de mon potager font 5 pieds sur 8. C’est une proportion rectangulaire qui est toujours belle – on ne l’appelle pas dorée pour rien !

04 : LA TAILLE COMPTE

Une dernière règle relative à l’échelle et à la sculpture de l’espace est la suivante :  grossir. Face à la décision de rendre un escalier plus large ou plus étroit, une piscine plus longue ou plus courte, une pergola plus haute ou plus basse, la réponse est presque toujours la première. Dans mon propre jardin, je me souviens d’avoir disposé une tonnelle, avec ses poteaux de 3 mètres de haut, et d’avoir entendu des amis de confiance se demander si elle n’était pas « un peu trop grande ». Heureusement, j’ai tenu bon et, 18 ans plus tard, j’ai mis la main à la pâte de glycine et je l’ai ancrée au sol par des groupes de pots, la tonnelle me semble tout à fait appropriée.

05 : PLANTER PAR ORDRE DE GRANDE À PETITE TAILLE

C’est avec les plantes, probablement plus que tout autre élément des jardins, que la variation infinie et la fugacité de la nature sont les plus évidentes – et c’est peut-être pour cela qu’elles sont les plus difficiles à prescrire des règles. Et pourtant, une plantation réussie est la touche finale d’un jardin. Trois règles m’ont toujours bien servi.

Tout d’abord, il faut planter des arbres, puis des arbustes, puis des vivaces et enfin des plantes couvre-sol. Ceci est important non seulement d’un point de vue compositionnel (voir d’abord les formes plus grandes donne un meilleur sens de la structure globale), mais aussi d’un point de vue tout à fait pratique. La plantation d’un grand arbre peut nécessiter de la machinerie ou au moins plusieurs jardiniers et suffisamment d’espace pour manœuvrer et stationner les amendements et les sols ; il serait triste d’endommager ou de défaire un lit nouvellement planté. Cela semble si évident, mais pour beaucoup de jardiniers (y compris l’auteur), un bloc de vivaces fraîches peut être impossible à éviter immédiatement. Sois fort, résiste à la tentation.

06 : PLANTE EN MASSE

Bien qu’il y ait beaucoup à dire sur le jardin du chalet, avec un riche éventail de plantations variées (en fait, c’est le véritable maître jardinier qui peut le faire), il y a un pouvoir à voir une quantité d’une plante qui affecte vraiment.

08 : RAPPELEZ-VOUS CECI AVANT TOUT

Peut-être ma règle préférée de tous les temps, d’autant plus charmante qu’elle a besoin d’être ajustée à l’inflation : Il vaut mieux planter une plante de 50 cts dans un trou de 5 €, plutôt qu’une plante de 5 € dans un trou de 50 cts. Quel que soit le plan que l’on conçoit, si les plantes ne sont pas bien plantées – à la bonne hauteur, dans une fosse suffisamment grande et bien amendée – les résultats seront probablement mauvais. Certaines règles ne peuvent pas être enfreintes.

Related posts

Comment bien choisir ses volets ?

Journal

Une maison connectée mais surtout communicante

Christophe

Comment sublimer votre jardin ?

Journal

Pailler le jardin : quand, comment, avec quel paillis ?

Journal

Tableau électrique : comment le choisir ?

sophie

Changer votre intérieur en un clin d’œil grâce à un bel éclairage

Laurent